Les communes de Ste Mesme et St Martin de Bréthencourt : pourraient-elles rejoindre la communauté de communes essonnienne du Dourdannais en Hurepoix ?



Gerrymander - v. tr. américain (1812)

D'après :
Elbridge Gerry, gouverneur de l'état de Massachussetts
et
Salamander (salamandre) - la forme d'une circonscription qu'il a créée.

Introduction


Dans le cadre du projet de redistribution des responsabilités territoriales, le rôle des départements sera diminué et le seuil inférieur de population d'une communauté de communes sera augmenté. C'est peut-être une occasion opportune de revoir l'appartenance de certaines communes qui se trouvent actuellement "frontalières" entre deux départements.

Ste Mesme et St Martin de Bréthencourt pourraient faire en quelque sorte un cas d'école à cet égard. Ces deux communes ont été incorporées dans les Yvelines lors de la création des nouveaux départements en 1965. Au vu de la carte administrative (Figure 1), ce découpage n'a rien d'illogique. En revanche, sur le terrain les habitants s'orientaient depuis toujours vers Dourdan (Essonne). Quelles que soient les intentions ou les prévisions des législateurs de l'époque, les habitudes n'ont pas évolués depuis 50 ans ; on remarque surtout que les jeunes sont toujours scolarisés aux collèges et lycées de Dourdan (voir ci-après).

Nous vous proposons qu'un rattachement à l'Essonne des deux communes servira, non seulement à entériner la réalité sociale et économique des deux communes, mais à rendre cohérent les dispositions administratives et de protection de l'environnement. Bien que ce soit la protection de l'environnement qui motive notre association, il convient de regarder la question dans son ensemble. En sachant que ce n'est pas la logique des argumentaires qui est déterminante dans ce genre d'affaire, nous n'attendons pas l'aboutissement de cette proposition. Néanmoins, il devrait être possible d'ouvrir un débat loyal sans prendre position ni donner l'impression qu'une décision ait été prise d'avance.


Figure 1: Carte administrative montrant la situation de Ste Mesme et St Martin de Bréthencourt par rapport à Dourdan



Situation géographique


Nous remarquons d'abord que, la "saillie" de la commune de Dourdan dans les Yvelines (Figure 1) est due à sa forêt (voir le tracé de la limite départementale de la photo aerienne en Figure 5) ; les constructions sont situées pour la plupart dans la partie Sud. En faisant abstraction de ce détourage, le lien géographique entre Dourdan et les communes de Ste Mesme et St Martin de Bréthencourt n'est pas apparent sur une carte administrative qui ne présente ni le relief ni les rivières. Par contre, les limites naturelles sont bien apparentes sur la carte du bassin du Schéma d'Aménagement et de Gestion des Eaux (SAGE) Orge-Yvette (Figure 2 ; agrandissement : Figure 3).

Sauf pour Ste Mesme et St Martin de Bréthencourt, la délimitation du Dourdannais reflète cette topographie. De même, la Vallée de l'Orge est exclue logiquement du nouveau périmètre (2011) du parc naturel régional (PNR) de la Haute Vallée de Chevreuse.


Figure 2: Le périmètre du Schéma d'Aménagement et de Gestion des Eaux (SAGE) Orge-Yvette. Le bassin versant de l'Orge se trouve dans l'Essonne sauf pour les communes de Ste Mesme et St Martin de Bréthencourt. N.B.: document de 2006, avant l'agrandissement du PNR (2011).



Figure 3: SAGE 2006 : la Remarde et la haute vallée de l'Orge. Jaune : le Dourdannais. Vert : communes appartenant au PNR de la haute vallée de Chevreuse (2011)



Depuis 1965, la délimitation géographiquement naturelle de la vallée de l'Orge a été soulignée par la construction des autoroutes A10 et A11 et de la ligne du TGV Atlantique. La carte montrant la limite des communes est présentée en Figure 4. La vue aerienne (Figure 5) montre que l'essentiel des habitations de Ste Mesme et St Martin de Bréthencourt se trouve à l'intérieur de la courbe de la ligne du TGV. Toutefois, le nombre de points de traversée semble être suffisant, sauf que l'accès à St Arnoult, très peu commode, n'incite pas les habitants à s'y rendre au lieu d'aller à Dourdan.

Figure 4: Ste Mesme et St Martin de Bréthencourt cernés par les autoroutes et la ligne du TGV Atlantique.


Figure 5: Vue de Google Earth. L'autoroute et la ligne de TGV, construites depuis le découpage départemental de 1965 (tracé en vert clair), renforcent l'aspect particulier de la situation des communes de Ste Mesme et St Martin de Bréthencourt par rapport au Dourdannais.



Enfin, il faut reconnaître que les facteurs topographiques ne constituent qu'un facteur en établissant les limites administratives. On remarque, par exemple, que les communes dourdannaises de St Cyr sous Dourdan et le Val St Germain sont situées dans la vallée de la Remarde (Figure 3), dont le relief est assez marqué. Dans le cas de Ste Mesme et St Martin de Bréthencourt les facteurs géographiques s'ajoutent aux facteurs sociaux et économiques.


Précisions sur l'Association de la Haute Vallée de l'Orge (AHVO)

Dans le passée, l'Association de la Haute Vallée de l'Orge (AHVO) a mené campagne pour l'adhésion de la commune de St Martin de Bréthencourt au PNR de la Haute Vallée de Chevreuse, exclusivement yvelinois à l'époque. C'était un moyen de nous défendre contre des développements inadaptés au paysage et à l'habitat, et aussi de l'invasion des voies de transport dont le dédoublement était prévu pour le troisième aéroport de Paris. Notre projet de rejoindre le parc n'a pas abouti à cause, entre d'autres facteurs, du fait que nous nous trouvons "du mauvais coté" de l'autoroute et de la ligne du TGV (Figure 4). Aujourd'hui les questions de notre adhésion au PNR et de notre appartenance aux Yvelines ne sont plus pertinentes : d'une part, le nouveau périmètre (2011) du PNR comprend 8 communes de l'Essonne sur 51 et, d'autre part, le bassin versant de l'Orge a été exclu du parc élargi (Figures 3, 6), on présume expressément et définitivement. Par conséquent, il est nécessaire de prendre d'autres dispositions pour la protection concertée de la partie haute de cette vallée ; notre association souhaite y participer.


Figure 6: Carte administrative montrant (en vert) les communes à proximité du Dourdannais (jaune) qui sont membres du PNR de la Haute Vallée de Chevreuse (nouveau périmètre, 2011). Le parc n'est plus délimité par le périmètre des Yvelines (tracé orange). Toutefois, aucune commune de la Haute vallée de l'Orge (membres du Dourdannais, Ste Mesme, St Martin de Bréthencourt) n'est membre du parc.




Nous sommes conscients que la question du changement territorial abordée ici ne peut faire l'unanimité au sein d'une association comme la nôtre et l'Association ne souhaite pas prendre position. Ceci ne doit pas nous empêcher de jouer notre rôle en facilitant la discussion.

L'AHVO se préoccupe de longue date d'une situation apparemment inextricable qui a été très certainement aggravée par la dispersion actuelle des instances politiques et administratives. Il s'agit du site d'une usine de salaisons à l'abandon qui longe l'Orge au lieu dit Le Moulin Neuf (48°31'10" N, 1°56'50" E ). Paraît-il le site n'a aucune valeur financière à cause des frais de démolition de bâtiments, qui sont contaminés par de l'amiante. Notre association est concernée par les risques de pollution liés à la dégradation des bâtiments et, dans un sens plus positif, par l'espoir de retourner ce site sensible à la nature dans l'esprit du SAGE et des nouvelles règles d'urbanisme. En dehors de l'aspect environnemental, les autorités se préoccupent du danger encouru par des personnes qui utilisent le site pour des jeux d'aventures (par exemple) ; on déplore un accident grave survenu en avril 2014.

L'activité économique est plus importante dans la Vallée de l'Orge que dans le PNR de la Haute Vallée de Chevreuse et, malgré un paysage très fréquenté par les promeneurs, notre vallée a sans doute relativement moins de "cachet". Ceci pourrait expliquer en partie une certaine attirance pour les Yvelines Sud. Néanmoins, alors que le but principale de l'AHVO est la protection de l'environnement et de l'habitat, nous agissons en cherchant à faciliter le développement raisonné de l'activité industrielle. Ainsi, en s'opposant à un projet d'extension d'une carrière mal située par rapport aux habitations, un membre de l'association, géologue, à proposé, sur la même commune, un site alternatif plus grand et productif mais moins gênant.


La gestion de l'eau


Le président de l'AHVO a été désigné par Yvelines Environnement comme représentant des usagers auprès de la Commission Locale de l'Eau (CLE) du SAGE Orge-Yvette. Nous sommes donc conscients que les dispositions du SAGE auront un rôle administratif croissant dans la gestion de la région. Ce rôle est sous la tutelle du préfet de l'Essonne et par conséquent relativement à l'écart des conséquences de la réorganisation territoriale. La carte du SAGE (Figures 2 et 3) montre bien l'intérêt de placer les communes de la partie haute du bassin versant sous une même structure territoriale. Cela permettra d'élaborer un plan unique pour la protection de la totalité de la haute vallée de l'Orge.

De même, nos deux communes sont desservies par le collecteur d'eaux usées qui termine à la station d'épuration d'Ollainville.


Aspects sociaux et économiques


Un argumentaire fort en faveur d'une révision des limites territoriales est le fait que les enfants de Ste Mesme et St Martin (Yvelines) sont toujours scolarisés aux collèges et lycées de Dourdan (Essonne). Ceci, en plus de l'existence des moyens de transport en direction de Paris, a perpétué inévitablement la tendance des familles ayant des enfants à venir à Dourdan pour les activités économiques (courses et autres affaires), extrascolaires, culturelles et sportives. Cette préférence ne risque pas d'évoluer, malgré certains tarifs majorés pour les gens supposés de l'extérieur ; nous remarquons notamment la fréquentation du centre aquatique construit récemment.

Nous sommes conscients qu'un regroupement concernant les communes en amont de Dourdan pourrait influencer la situation de celles qui se trouvent (géographiquement) les dernières de la région. En particulier il n'est pas évident que, en l'absence de Ste Mesme et St Martin, toutes les communes de la Contrée d'Ablis – Portes d'Yvelines (CAPY) puissent tomber convenablement dans le giron de Rambouillet.

Enfin, nous aimerions penser que ce sont des facteurs liés à la définition des limites de la région qui ont conduit au placement dans les Yvelines de Ste Mesme et St Martin de Bréthencourt. Cependant, nous n'ignorons pas qu'un changement d'appartenance à cet égard aura des conséquences d'ordre électoral. Nous nous permettons d'imaginer que procéder à ce genre de regroupement logique, en ignorant ostensiblement ce genre de considération, pourrait éventuellement aider les administrés à mieux accepter l'ensemble des changements en cours.


Copyright © 2016. Tous droits réservés.Dernière modification : dimanche 22 mai 2016 Contactez l'auteur à contact@ahv-orge.org